[Zic – Découverte] Tom Scott : La musique de l’amour

Allez hop, lance la vidéo, et écoute cette musique envoûtante en lisant mon billet. Si tu es déjà venu chez moi, tu as déjà du entendre cette petite musique en fond sonore, balancée par ma chaîne hi-fi de l’amour, et lancé une remarque du genre « mais c’est quoi cette musique de film érotique du Dimanche soir sur m6″.

Ma réponse sera : je n’ai pas de réponse. Oui, peut-être, peut-être que ça ressemble à une musique où une fille se déhanche sur un bel étalon dans un décor feutré, sur le canapé en cuir d’un atelier d’artiste parisien réaménagé et mal rangé. Oui, mais cette musique me touche. Sans jeu de mot. Je kiff Tom Scott. Et je vais t’en parler légèrement.

« Tom Scott est un saxophoniste et compositeur de jazz et aussi acteur américain né le 19 mai 1948 à Los Angeles, Californie (États-Unis). » Voilà ce que nous dit cette pute de Wikipédia, bien plus prompte à nous parler en détail de la chorégraphie à base de jambon de Lady Gaga que nous renseigner sur ce musicien de génie.

Tom Scott et son charisme

Et ouais, ça sonne et ça ressemble à de la zic des années 80. Et pour cause, Tom Scott a composé les thèmes d’innombrables séries, notamment Starsky et Hutch. Et là je peux te dire que si tu écoutes ses morceaux, tu vas forcément te dire que tu en connais pas mal. Et oui, ce sentiment étrange de « musique de télé » te rebutera peut-être, mais en fait elle est exceptionnelle, car elle traduit à elle seul des dizaines et des dizaines d’années de musique. C’est ce qu’on appelle (souvent à tort, mais ici, à raison) une musique générationnelle. Et je peux te dire que certains morceaux de Tom Scott ont chez moi un puissant effet synesthésique. Je les associe à des images, à des visions d’époques que j’ai en partie connues. Je revois des décors de Rick Hunter, des ambiances eighties comme on en fait plus. Comme les émissions de Jean-Luc Lahaye, mon chanteur préféré de quand j’étais petit. (Va comprendre Charles).

Bref, Tom Scott, c’est de la zic intemporelle. Du funk, du jazz, des riffs doux, et parfois bien péchus, de la musique qui donne envie, j’adore.


2 Comments

  1. webmeister mars 16, 2012 11:59   Répondre

    Cet article n’a pas de mots-clés.

    Soupir.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *