Mezzo di Pasta

illus-mezzo-conso

Le principe m’a toujours rebuté. Je ne sais pas pour toi, mais quand je vais au restaurant, c’est pour y manger un truc que je ne ferais normalement pas chez moi. Rajoutes-y également la flemme de faire la cuisine et la vaisselle si tu veux, mais disons que l’objectif principal, c’est de manger quelque chose qui sorte de l’ordinaire.

Mais y a un autre facteur à prendre en compte, c’est le rythme de nos vies 2.0 qui nous oblige à manger un quart de pizza sur le bord du bureau en finissant le dernier taff en retard les yeux rivés sur l’écran du PC. Bref, pendant la pause du boulot, on cherche parfois plus à se remplir le ventre correctement qu’à manger du caviar sur une tranche de saumon.

J’avais déjà parlé du Mac Café de la Défense, il y a quelques temps, cette fois-ci, on va se fixer sur les paaaaastas. Si, si. Le principe est simple, on crée une chaine de restauration rapide à base de pâtes, un truc que tout le monde connait, et qui remplira rapidement le ventre du salaryman pour le reste de la journée. Pour faire genre on s’y connait en nouille, on prend un nom Italien, et hop, on obtient Mezzo di Pasta.

Tu me connais, dès le début, j’ai chié sur le principe. Je vais pas payer pour manger des pâtes dans une boîte en carton ! En plus, les salauds se font une marge de type thermonucléaire. Je pensais que le record était détenu par les pizzeria, mais là, c’est encore plus fou. 8 euros le menu pâtes/boisson/dessert, tu imagines l’écart entre les dépenses (les nouilles, ça coûte méga rien) et le prix demandé au client. Bref, ça sent l’arnaque à plein nez, mais d’un autre côté, c’est le 21ème siècle, et sur Paris, on ne s’étonne plus de payer cher pour un truc hype comme ta maman.

Le deuxième effet kiss-kool, c’est que, à force d’y aller pendant la pause déjeuner de ma chérie, qui bosse à la Défense, comme une REAL WOOMAN, (et ouais, je suis tellement merveilleux que je vais manger avec elle, pendant sa pause, en me farcissant 20 minutes de RER), j’ai commencé à prendre goût à cette fucking food. Certes, c’est reuch, mais au niveau du comblage de bide, on est au top du top. Le choix est pas mal, on peut avoir des pâtes classiques ou fourrées, pas mal de choix de sauce, et le tout est vraiment bon. En plus, les pâtes restent un aliment relativement sain, parfait avant une session de sport, et si on abuse pas trop de la sauce (le midi on peut quand même se faire un peu plaisir) ça reste assez soft niveau calories. L’ambiance Mezzo di Pasta est moins jmelapète que Starbucks, on sent qu’on cherche surtout à manger et pas à faire lounge/hype.

Je reste toujours un peu angry par rapport au prix, mais moins hungry après avoir mangé. Et là, tu vois, le jeu de mot américain t’as tellement scié que tu approuves. Ce sentiment de maîtrise de l’humour que tu ne retrouves nulle part ailleurs, ou peut-être dans des pays slaves.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *