Hamler’s Burgery

IMG_7098

C’est en tant que +1 de Louisegoingout que j’ai pu découvrir, la semaine dernière, le restaurant Hamler’s Burgery, situé 16 rue Monge, dans le 5ème arrondissement de la capitale. Ce qui est doublement cool puisque, d’une part, j’aime les restaurants à burger, et, d’autre part, tu as pu le remarquer, petit lecteur : j’en teste régulièrement sur le blog. Qui plus est, cette fois, il s’agissait d’une invitation en bonne et due forme, et nous avons pu, outre le fait de dîner, participer à un atelier de préparation et de hachage de la viande tout en discutant avec les deux gérants d’Hamler’s Burgery, Warren et Guilhem. Est-ce suffisant pour rentrer dans mon top 3 des meilleurs burgers de Paris et ses environs, et chatouiller l’indétrônable Tough Burger ainsi que le très bon Mamie Burger ? Réponse…

Une belle histoire

Tout commence par l’histoire d’Alberta, l’arrière grand-mère de Warren, fondateur d’Hamler’s Burgery. Venue d’Hambourg, elle apporte à l’Amérique sa culture et son savoir-faire allemand en ouvrant un petit diner dans un village de l’Ohio. L’hamburger (son nom vient justement de la ville d’Hambourg, comme tu le sais déjà, petit lecteur) devient donc la référence du village, à une époque où il s’implante progressivement aux États-Unis. Le petit plus du Hamler’s Burgery, c’est justement qu’il reste fidèle à la recette originale d’Alberta qui date de près d’un siècle ! Pas de burger exotique ou improbable, bien que le choix soit tout de même assez varié. Tout réside dans l’excellence des ingrédients et dans leur cuisson…

Situé dans un coin (très) tranquille du 5ème, le Hamler’s trône donc rue Monge avec, en toile de fond, cette belle histoire en noir et blanc. La déco intérieure, soignée, simple et stylisée est un premier bon point. On me précisera plus tard qu’elle est l’œuvre d’un architecte d’intérieur. Quant à la suite de la visite, elle se déguste quelques lignes plus bas.

IMG_7009

IMG_7107

IMG_7116

IMG_7025

Hmmm ! De la chair fraîche

Après un petit apéritif d’accueil j’ai pu découvrir le restaurant plus en détail. Et là, on peut le dire : j’ai été bluffé. Et le bluff s’est fait en plusieurs étapes. Déjà, sache-le mon petit John Kévin, le Hamler’s se fait livrer en viande, TOUS LES MATINS. Et je peux te dire qu’ils ne sont pas nombreux, les restos à burgers de Paname à recevoir de la viande fraîche et à la hacher eux-mêmes. J’ai d’ailleurs pu, pour l’occasion, visiter l’atelier de hachage, et m’assurer, après avoir mis une combinaison digne de Breaking Bad, de l’extrême vigilance concernant la propreté du lieu. Le petit groupe avec lequel j’étais a donc pu hacher de la viande ultra fraîche. Pour être précis, il s’agissait de morceaux de basse-côte d’Angus, un bœuf irlandais. Après avoir haché deux fois la viande, nous l’avons séparée en petites boulettes de 140 grammes. Ces mêmes boulettes seront par la suite cuites selon la tradition de l’époque, à la façon « smash », c’est-à-dire, aplatis lors de la cuisson.

Mais attention les yeux Simone, la qualité du resto ne s’arrête pas là, puisque tout est fait maison et sur place (burgers, milk-shakes, desserts, etc), excepté les boissons et le pain. Pour ce dernier, le Hamler’s a un deal avec un petit boulanger qui prépare, pour eux, du pain au maïs, pauvre en gluten, et ultra doux, ce qui donne aux burgers un côté très tendre. Quant aux boissons, outre les traditionnels sodas, on retrouve l’excellente gamme d’Alain Milliat. J’ai d’ailleurs pu boire un jus de framboise à tomber, en guise d’apéritif !

IMG_8120La charmante Louisegoingout à qui ce genre de tenue va très bien (note pour plus tard : jouer au docteur avec Louisegoingout)

Et voici une mini vidéo légèrement décalée faite par bibi vous montrant le hachage de la viande. Attention, amis végétariens et autres réfractaires à la vue de viande crûe, passez votre chemin.

Quoi, la musique ? QUOI ?

Le rapport qualité prix de folie

Tout ça, c’est bien beau, mais sur Paris, on le sait, la vie est chère, et les restos aussi. Alors oui, on aime bien se la péter en bon bobo que l’on est, à tester plein de burgers délicieux, mais, au final, on paye souvent assez cher son pain et sa viande. En plus, je le vois bien, tu te ronges les ongles et tu t’inquiètes, ma petite Denise. Un restaurant qui hache de la viande fraiche tous les matins et qui propose des ingrédients faits maison, ça va te coûter les yeux de la tête. Et bien, je vais te rassurer en te montrant le MENU.

A4_2015

Alors certes, on ne retrouve aucun menu, mais rien ne t’empêche de prendre un Cheesy, une frite et un coca. Tu en auras pour 9, 80€ ! Pour un burger de cette qualité, ce n’est vraiment pas cher. Qui plus est, aucun burger ne dépasse les dix euros. Alors certes, enchaîner un super burger (double) avec un bon milkshake et des frites au cheddar risque de saler l’addition, mais le rapport qualité prix est tout de même très violent. Après avoir discuté avec Guilhem et Warren, les deux associés, je me rends bien compte que c’est surtout la passion qui les anime, et pas vraiment le profit. D’ailleurs, ils m’avouent qu’il a fallu 6 mois pour que leur restaurant devienne rentable.

Milk-Shake délicieux, apéritif superbe, ok, c’est bien… mais les burgers et les frites alors ? Ces dernières étaient parfaites et faites maisons évidemment ! J’ai demandé, bien évidemment, la petite dose de cheddar dessus. Un délice. Mon choix de burger s’est posé sur le Backy Farm (je te laisse lire sa composition dans le menu) ainsi que sur une paire de Corn Dog, une sorte de mini hot dog dans du pain de maïs : une tuerie (et on me dit dans l’oreillette que c’est l’ancêtre du hot dog !). Le burger était excellent, avec deux petits bémols tout de même. J’ai regretté la présentation un peu sommaire dans un simple papier d’emballage. J’aurais aimé quelque chose d’un poil plus glamour. Avec le plateau, on se rapproche plus de la cantine que du côté un peu plus stylé des assiettes carrées du Tough Burger, par exemple. Le deuxième petit bémol vient du burger lui-même. Vraiment frais et délicieux, avec une viande à tomber, le fait qu’il soit dans un pain au maïs m’a quelque peu surpris. Certes plus moelleux, je l’ai trouvé du coup un poil plus lourd et légèrement plus gras qu’un burger classique. Mais vraiment, c’est histoire de pinailler, car, je le répète, ce burger, tout comme tout ce qui l’accompagnait, était vraiment excellent !

IMG_7083

IMG_8130

IMG_8131

IMG_8133

Conclusion

Inutile de tourner autour du pot : le Hamler’s Burgery rentre dans mon Top 3 des meilleurs burgers de Paris, juste derrière le Tough Burger de Boulogne. Je suis sorti du resto le ventre plein, et complètement rassasié, ce qui n’est pas toujours le cas avec les burgers à Paris. J’ai vraiment été emballé par la qualité et l’histoire de ce restaurant, ainsi que la passion qui animait son équipe. De plus, un burger frais à ce point là, c’est rare, et cela mérite d’être souligné. Je ne peux donc que vous le conseiller chaudement !

 

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *