Chapitre 3

Les heures passent, mais pas mon ennui. Encore deux heures avant que cet avion n’atterrisse à Néon-City, à Kanto. L’escale à Kuala Lampur, en Malaisie, a duré une petite heure, et j’ai juste eu le temps de me dégourdir les jambes, de sortir mes Pokémons et de leur parler un peu avant que l’avion ne reparte. Les derniers instants sont souvent les plus longs, d’autant plus lorsque l’on est d’un naturel impatient, comme moi. Autant je peux être le plus grand des flemmards parfois, autant je n’aime pas attendre et ne rien faire quand l’endroit où je vais me rend dingue à ce point là. Je crois que j’ai passablement énervé l’hôtesse qui me ramène à ma place en me tirant par l’oreille.

-Non Jeune Homme ! L’avion ne dispose pas d’un turbo lui permettant d’arriver une demi-heure plus tôt ! Et reprenez votre argent, nous ne l’accepterons pas !

Je récupère mon billet de 50 euros et le remets dans mon portefeuille. De toute façon, j’aurai besoin d’argent sur place. Le lycée nous file une petite bourse pour le voyage, mais j’ai pris le soin d’économiser avant de partir. Félix m’a donné également de l’argent, ainsi que ma mère et mes grands-parents maternels et paternels. Bref, j’ai beaucoup d’argent à dépenser, mais je compte bien l’utiliser à bon escient. Finalement, je trouve le moyen de me distraire pendant les deux dernières heures restantes. Une feuille qui est tombée au fond de mon sac à dos me rappelle une stratégie que j’avais décidé de mettre au point il y a quelque temps. Elle consiste à fusionner deux attaques de mon Carabaffe et d’en créer ainsi une nouvelle. En lui ordonnant une attaque Repli couplée à un Pistolet à Eau, il devrait pouvoir sortir de l’eau des quatre orifices de sa carapace et se mettre à tournoyer. Ce tournoiement devrait, avec un peu d’entraînement, être dirigé dans une direction et augmenter sa vitesse de charge. Percuté à pleine vitesse, l’ennemi sentira l’attaque passer !

-Mwahahah, je suis génial !

-Jeune homme ! Des gens dorment ! S’énerve l’hôtesse.

Décidément, elle m’a dans le collimateur elle ! Pas mécontent de bientôt la quitter. Je me concentre sur cette stratégie, à grands renforts de calculs et de documents glanés ça et là et passe les deux dernières heures à réfléchir à tout plein de scénarios de combats incroyables. Finalement, c’est la voix de ma nouvelle ennemie / hôtesse de l’air qui me sort de mes réflexions. Alors comme ça nous arrivons à Néon-City, la température est de 24 degrés et il est 23 heures et des brouettes ? On a une heure de retard qui serait due au fait que l’avion a détourné une dépression et tout la compagnie s’excuse, patati patata… Enfin bref, sortir enfin de cet avion me procure une joie ineffable et Théo n’est pas en reste. D’autres jeunes dresseurs sont également de la partie, mais l’avion n’est pas non plus plein à craquer d’ados en route pour leur périple initiatique. A peine sommes-nous une dizaine. Deux jolies demoiselles nous accueillent avec des t-shirt officiels de la ligue Pokémon de Kanto-Johto et nous sommes conduits, en car, s’il vous plait, dans le Centre Pokémon de Néon-City. Les chambres sont par quatre et, forcément, au moment de nous installer dans nos lits, nous lions connaissances. Je suis avec Théo et deux autres types qui se connaissent aussi, deux Lyonnais. Ils nous proposent de nous associer pour commencer le voyage. Théo leur parle de son idée de commencer par Jadielle, et avec son bagout et son entrain naturel, il a tôt fait de les convaincre. Je discute de bon cœur avec eux mais je garde mes propres convictions, sans chercher à les persuader. Finalement, Grégoire, un des Lyonnais, conclut avec énergie la fin de notre discussion.

-Ouais, faisons comme ça les gars ! On part tous les quatre en direction de Jadielle et on fait équipe jusqu’à Azuria. Là, on verra si Tom reste avec nous et on continue au moins tous les trois ensembles !

-Banco !

Nous bavassons encore un peu puis nous nous couchons. Mon matelas n’est pas terrible et Théo ronfle, mais je trouve rapidement le sommeil. L’excitation de la journée de demain est moins forte que ma volonté d’être en parfaite forme pour le premier jour de mon périple. Demain, nous serons le 3 Juillet et commencera alors mon voyage à travers la région de Kanto, puis de Johto. Le Centre Pokémon possède également un hangar aménagé pour que les Pokémons puissent se reposer hors de leurs Pokéball. Même si rester à l’intérieur n’a rien de désagréable, la vie au grand air est quand même plus sympathique pour eux ! Je laisse les miens très souvent sortis, et puis depuis la loi de 1967, toutes les Pokéballs sont équipés d’un système de sécurité qui permet au Pokémon de sortir dès qu’ils le désirent. Il reste encore quelques irréductibles qui parlent d’esclavage sur des êtres vivants, mais il a été prouvé depuis longtemps que les Pokémons aiment se battre, et la plupart des ligues Pokémons des pays civilisés ont des mesures drastiques pour surveiller le bien-être des Pokémons. S’il arrive, encore quelques fois, qu’il y ait des maltraitances, elles sont plus dues à des cas isolés qu’à des habitudes ancrées dans la tradition. D’ailleurs, pour m’être bien renseigné sur le sujet, les peuplades anciennes, et les « tribus » qu’on trouve un peu partout dans ce monde, peu importe leurs origines, respectent énormément les Pokémons, et peut-être parfois plus que nous. Il n’y a finalement que les organisations criminelles, les terroristes et les détraqués mentaux qui leurs font du mal ou les utilisent à mauvais escient. Mes réflexions me plongent dans un profond sommeil. Je me retrouve dans un combat contre un mauvais garçon, une sorte de mafieux Rocket, la plus grande organisation criminelle du monde, reliée à toutes les mafias et à tous les mauvais coups existant. Camora, néo-nazis, radicaux de toutes religions… on retrouve souvent la Mafia Rocket tirant les ficelles derrière les pires crapules du monde. Comme quoi, les choses sont souvent plus compliquées qu’elles n’y paraissent. Ou plus simples… Enfin bref, je n’en sais rien. Toujours est-il que mon rêve est plutôt agréable, et que je flanque une correction mémorable à ce type de la « Team » Rocket. Bon, il faut dire que Couty, mon Mini Draco, est un surpuissant et énorme Dracolosse, et qu’il a explosé tous les Pokémons de mon adversaire. Le public de l’arène est debout, on m’amène une coupe en or, je suis porté en triomphe et de magnifiques femmes en maillot de bain viennent me féliciter. La suite du rêve n’appartient qu’à moi.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *