Tower Défense, moi ? Jamais !

23167

Au jeu du mec qui crache un jour sur un truc et s’y adonne à 100% quelques semaines plus tard, je suis très fort. Est-ce que j’ai un avis trop tranché au départ, suis-je trop versatile, faible et influençable, ou bien un peu de tout ça en même temps ?

J’ai toujours adoré les expériences de jeu immersive, les trucs qui te font voyager, te plongent dans quelque chose d’extraordinaire. Pour moi, le « snack gaming » existe pour passer le temps. Oui. Notamment, ces petits jeux de Tower Defense là, que je déteste. Je les déteste. Mais vraiment. Voilà donc pourquoi, en toute logique, depuis quelques semaines, je suis au fond sur deux jeux de ce genre.

Normal.

Défends ma tour bébé

Mais déjà, Tonton CaliKen, un Tower Defense, c’est quoi ? Installe-toi sur ce fauteuil en merisier massif, prends un werther’s original et écoute. Enfin lis-moi plutôt.

Un Tower Defense, c’est un jeu essentiellement basé sur la gestion de la défense d’une (ou plusieurs) base que l’on doit protéger des attaques successives de vagues d’ennemies. Pour cela, on accumule de la thune, à mesure que l’on défonce les adversaires, et l’on construit de manière plus ou moins tactiques, des tourelles, casernes de soldats, canons et autres joyeusetés militaires capables d’arrêter le flot des soldats/monstres qui arrivent par fil. Différentes subtilités s’ajoutent suivant les jeux (ennemis volant, upgrade des tourelles, etc.) mais en gros, tu défends ta base.

Un jeu basé sur la gestion, la stratégie, où l’on a pas besoin d’avoir forcément besoin de réflexes surhumains. Une abbération pour moi il y a quelques temps. Un jeu parfait pour se poser tranquillou seul ou avec un pote, une fois que bébé est couché et qu’il a emporté avec lui 95 % de ton énergie vitale.

Pixel Junk Monster

pixeljunkmonsters

 

Découvert lors d’un séjour en Bretagne chez le « Parrain de mon enfant » (je préfère nommer ce monstre ainsi, en lieu et place d’ »ami », ce dernier m’ayant fait plonger dans cette drogue dure), Pixel Junk Monster m’a rapidement happé. Petite ambiance mignonne, on y incarne des espèces de créatures masquées qui protègent une vingtaine d’enfants mignons d’une race improbable, contre les attaques d’autres créatures cheloues elles aussi avec des masques. Ici, on joue directement le personnage qui se déplace sur la carte, il faut donc gérer le temps de déplacement et non se contenter de cliquer là où l’on veut pour ériger un bâtiment. Arbalètes, canons, DCA, Laser, Tesla… des tripotées d’armes sont déblocables pour anéantir au plus vite les vagues successives d’ennemis, avant l’arrivée du Méga Boss et pour protéger nos petits bébés.

78RzJnP

Découvert sur Wii U et désormais petite habitude du soir sur Steam, Pixel Junk possède l’én