J’ai testé pour vous : Le Barbier

Capture-d’écran-2014-04-28-à-10.49.26

Voilà plusieurs semaines que je laissais pousser ma barbe, oscillant entre un rendu dégueulasse et un rendu vraiment dégueulasse. Le souci étant que ma pilosité part rapidement en vrille et que, si l’effet barbe naissante me va bien, la suite est plutôt étrange. Bref, je décide de laisser pousser et d’aller voir un professionnel que l’on susdénominationne : barbier. Après quelques recherches sur les Internets modernes et délicats, mon choix se porte sur The Barbershop, situé au 185 boulevard Voltaire, dans le 11ème.

Tout petit et cosy, voilà deux mots qui définissent l’endroit. Seul dans sa petite boutique, le coiffeur-barbier a l’air de connaître tout le quartier au vue des nombreuses personnes qui viennent le saluer (nous sommes Samedi matin). Un peu sur la réserve au début, je me rends compte qu’il est en fait très sympathique et qu’il connait son métier à fond. Expliquant à son précédent client, dont c’est, tout comme moi, la première fois, plusieurs petites astuces de rasage, comme le fait de le faire le matin, à jeun, pour ne pas saigner.

Un peu en avance, je m’installe dans ce vieux canapé et observe la déco, sobre et la pièce extrêmement bien rangée. Seuls les cheveux sur le sol témoignent d’une récente activité capillaire ! Le reste fait design et lounge. Tu connais CaliKen, j’aime !

Installation sur une chaise, on lève le menton, on ferme les yeux, et j’essaie d’oublier le fait que je ne SUPPORTE PAS qu’on touche ma glotte. De la crème étalée avec une sorte de gros plumeau, une petite taille de barbe et de moustache au rasoir et on passe aux choses sérieuses. Je ferme les yeux, et je sens le barbier s’appliquer sur mes petits poils avec diverses lames. Aucune douleur, mais déjà, je sens qu’il lutte. Bien entendu, chance-time, j’ai le pire type de barbe qui soit : elle pousse très dur, très profondément implantée, et du coup, il est obligé de passer plusieurs fois. Une fois le rasage terminé, il m’applique ce que je crois d’abord être un glaçon mais qui s’avère finalement être une pierre d’alun (et non pas la pierre d’Alain, qui serait un mec qui collectionne des pierres, par exemple).

« Ca pique un peu, c’est pour arrêter les saignements ». Je réponds d’un air viril en souriant « oui, effectivement, ahahah ». EN FAIT CA BRÛLE A MORT, mais ça passe rapidement.

Puis c’est la fameuse serviette chaude (après plusieurs crèmes et du talc, ou alors avant, je ne sais plus) qui est très agréable, mais qui est un peu couverte de sang en bas ! Pas de stress, je regarde le résultat, et c’est franchement nickel ! Deux petits points déjà cicatrisés, et des micros griffures, mais le résultat est nickel !

Je conseille vraiment d’aller chez ce Monsieur, d’autant plus que les quelques désagréments que j’ai ressenti sont essentiellement dus à la qualité de ma bebar. Je suis sûr que toi, qui lis ce blog en caressant ton bouc épais et fournis, tu possèdes une barbe aux poils soyeux et plus enclins à disparaître sous la lame du barbier sans heurt.


2 Comments

  1. Docteur Lambda juillet 6, 2012 1:29   Répondre

    « elle pousse très dur, très profondément implantée »
    « très agréable, mais qui est un peu couverte de sang en bas ! »

    Je suis contente pour toi. Tu es maintenant une femme.

Leave a reply to Récapitulatif 2013 | | Cancel reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *