Make a (good) choice

D’aucuns diront que c’est du à mon signe astral (je rigole et je pète à ce genre de remarque), je dirais surtout que c’est inné chez moi. A force de peser le pour et le contre, je suis souvent incapable de prendre une décision, même si elle est anodine, et très simple. Je vais manger des pâtes ou du riz ce soir ? Tiens, je me balade, si je prenais la ruelle de gauche ? Ah oui mais, peut-être que si je prenais la ruelle de droite, j’aurais tel ou tel souvenirs ensuite, que je n’aurais pas en prenant la ruelle de gauche. Et inversement.

C’est très rigolo à lire comme ça, mais ça peut devenir maladif, voire même handicapant. Alors quand il s’agit de choix bien plus importants que de savoir si je vais me torcher les fesses avec du Lotus triple ou double épaisseur, je peux te dire qu’il y a de quoi péter un câble. Inutile de croire que le destin choisira pour moi, il faut parfois se sortir les doigts du fondement et prendre ses responsabilités. Et si le fait d’être indécis était une preuve d’immaturité ? C’est bien possible.

Il va falloir grandir, CaliKen.


4 Comments

  1. NiWard janvier 23, 2012 3:47   Répondre

    Le tout n’est pas d’hésiter 1.000 ans, le tout est d’assumer les choix qu’on fait, et donc d’arrêter de se questionner une fois qu’ils sont faits.

  2. Jacques Halbronn janvier 23, 2012 1:23   Répondre

    Balance. HAHAHA. PROUT. Balance. HAHAHA. PROUT. Balance. HAHAHA. PROUT. Balance. HAHAHA. PROUT. Balance. HAHAHA. PROUT.

  3. pithou janvier 23, 2012 7:46   Répondre

    Mais ça gène en quoi d’être indécis ? Je le suis depuis les temps préhistoriques et ça ne me gène pas plus que ça. « Pile ou face » ,tu ne connais pas ?

  4. CaliKen janvier 23, 2012 8:57   Répondre

    Y a des trucs un peu trop importants pour ça !

Leave a reply to Jacques Halbronn Cancel reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *